Les meilleurs moyens de gérer l’e-réputation des chefs d’entreprise

Grâce à une bonne stratégie de gestion des données, les résultats de recherche de Google peuvent être enfouis afin d’aider les entreprises et leurs dirigeants à protéger leur e-réputation et à créer une présence en ligne plus précise et plus complète.

Voici quelques tactiques pour vous aider :

  1. Élaborer une cartographie de l’histoire en ligne
    Recherchez votre nom sur Google et découvrez ce que les autres moteurs de recherche disent de vous. C’est la première étape de la gestion de la réputation des cadres.

Vous devez regarder au-delà de la première page de Google pour prendre le pouls de votre présence en ligne. Les 500 premiers résultats de chaque recherche doivent être analysés afin de comprendre le ressenti réel des internautes. Comprendre comment Google vous perçoit est un processus ardu, mais il est nécessaire.

  1. Identifier les risques et les opportunités
    Pour déterminer le risque lié à votre e-réputation, vous devez voir comment se présentent vos résultats de recherche sur Google. En termes de gestion du risque d’entreprise, les PDG sont habitués à minimiser les coûts des risques stratégiques.

Il est toutefois beaucoup plus difficile de gérer le risque de l’e-réputation. Un article de presse négatif se mesure en termes d’impact financier.

Identifier les risques ne suffit pas. Vous devez également identifier les opportunités. Il ne suffit pas juste de posséder des propriétés web stables. Pour gérer votre e-réputation, vous devez posséder plusieurs domaines. Tirez parti des réseaux sociaux, des sites web et des autres propriétés en ligne. Construisez également votre réseau en valorisant vos alliés.

  1. Rendre le contenu recommandé existant plus efficace
    L’optimisation de votre contenu existant pour cibler les bons groupes de mots clés est essentielle pour vous approprier véritablement votre paysage de recherche.

Ensuite, votre contenu positif devra être lié à de nombreuses personnes afin que vos clients et vos actionnaires découvrent ce que vous avez accompli.

  1. Créez du contenu de manière stratégique
    Après l’optimisation de votre contenu existant, vous devez commencer à construire vos actifs en ligne par le biais d’articles de blog contenant des phrases de mots clés pertinentes, de messages engageants sur les réseaux sociaux et de communiqués de presse accrocheurs.

Un contenu pertinent, opportun et de qualité a les meilleures chances d’être bien classé dans les SERP.

  1. Gérez l’e-réputation du PDG et des relations publiques
    La coordination des messages avec le cabinet de relations publiques de votre entreprise est un élément important de la gestion de l’e-réputation du chef d’entreprise.

Grâce à des communiqués de presse opportuns, vous et votre entreprise pouvez sensibiliser le public à l’action que vous menez pour améliorer le monde. En retour, vous améliorerez à la fois votre image personnelle et l’e-réputation de votre marque.

  1. Supprimez les recherches et les articles négatifs
    Il est quasiment improbable que Google supprime les articles de presse concernant un PDG, surtout s’ils sont publiés par un grand éditeur ou un syndicat. Par conséquent, enterrer les résultats de recherche négatifs de Google par le biais du référencement stratégique est le meilleur plan d’action.
  2. Créer une alerte Google. Google Alertes est un outil simple et gratuit qui envoie aux utilisateurs une alerte lorsque des mots clés spécifiques apparaissent dans la recherche Google.

Il suffit d’entrer un sujet ou un terme que vous souhaitez suivre dans la barre, puis de cliquer sur le symbole de l’engrenage pour définir vos préférences en matière d’alerte. Une excellente méthode veille, afin de surveiller ce qu’il se dit de vous !

Les investisseurs, les analystes et les médias financiers ne sont plus les principaux responsables de l’image publique d’une entreprise ou d’un dirigeant. À l’ère du numérique, le public est plus que jamais en mesure de s’impliquer. Même les entreprises qui ont peu de contacts directs avec les consommateurs peuvent constater que les gens ont des opinions bien tranchées sur leur CEO et les expriment sur toutes les plateformes en ligne disponibles.

Ce que les PDG disent ou ne disent pas, où ils le disent, et à qui ils le disent, fait ou défait de plus en plus les réputations et compromet la sécurité de l’emploi.

Prenons l’exemple de l’ancien PDG de BP, Tony Hayward. Après la marée noire de Deepwater Horizon en 2010, Hayward aurait déclaré : “Personne ne souhaite plus que moi que cette affaire soit terminée. J’aimerais retrouver ma vie.”

Cette dernière phrase est devenue virale aussi bien sur les réseaux sociaux que dans la vue réelle. Elle a également fait les gros titres dans le monde entier et a été répétée sans cesse dans les journaux télévisés.

Hayward a perdu son emploi, et la manière dont il a géré la crise reste une leçon pour les chefs d’entreprises d’aujourd’hui.

Compte tenu de ce niveau élevé de surveillance de l’ère numérique, certains dirigeants d’entreprise se méfient de l’engagement en ligne, mais d’autres savent que les réseaux sociaux peuvent être un avantage pour eux.

Les PDG sont entrés dans un âge d’or où ils peuvent raconter l’histoire de leur entreprise. Ils sont beaucoup moins dépendants des médias traditionnels pour profiler leur biographie et faire écho à leurs stratégies futures. Les PDG peuvent désormais apporter leur contenu de storytelling directement aux parties prenantes sans avoir à négocier avec les médias.

Dans une étude récente, seuls 7 % des répondants ont indiqué qu’ils allaient au-delà de la première page de résultats de recherche. Cela signifie que si votre contenu est enterré sur la dernière page, la plupart des internautes ne le verront pas. Vous pouvez créer le récit que vous voulez que les autres voient en enterrant le contenu négatif dans les SERP. Selon plusieurs chefs d’entreprise, il s’agit là d’une stratégie essentielle.

Pour tout connaître de l’e-réputation, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.